#interroger

Les fins de vie sont toutes singulières et uniques. Ce constat, auquel s’ajoutent les interrogations sur la légitimité de la collectivité à intervenir dans le domaine le plus personnel qui soit, fait de la rédaction de la loi annoncée sur la fin de vie un exercice particulièrement ardu.

Mais pourquoi diable cela fonctionne-t-il aussi mal ? Pourquoi autant de morts liés à un mauvais usage des médicaments ? Pourquoi des prix ahurissants pour des bénéfices incertains ?... Éléments de réponses à l’aide de quelques extraits du débat organisé par VIF le 24 janvier dernier.

Attention : changement d’horaire. Débat le mercredi 24 janvier de 18h à 19h30. Inscription (gratuite) : https://urlz.fr/pbcB  Possibilité pour les inscrits qui ne peuvent se déplacer d’assister au débat en...

« Le sujet de la fin de vie ne peut être abordé que la main tremblante », aurait dit le grand rabbin de France à Emmanuel Macron. Deux ans de débats, de concertations, de convention, et aujourd’hui, on attend… Revenons à quelques propos, un choix arbitraire bien sûr.

C’est quoi l’accompagnement des patients à l’autonomie en santé ? Quel est le rôle des associations, aujourd’hui faiblement reconnues alors que les besoins explosent ? Que veulent-elles ? Être des partenaires « réguliers », car comme dans la chanson, elles sont dotées « d’une bonne dose de savoir-faire » ?

Jean-François Corty est vice-président de Médecins du monde (MdM). Depuis deux mois, on le voit et on l’entend avec des mots d’une colère de moins en moins retenue pour évoquer la situation de plus en plus délicate et désormais catastrophique de milliers de personnes dans la guerre autour de Gaza.

La thématique de la laïcité à l’hôpital public, et plus largement dans les services publics, remonte aux années 1990-2000. Elle revient d’actualité dans le contexte troublé actuel de nouveau conflit au Proche-Orient, montée de l’antisémitisme, wokisme, islamophobie, débat sur l’immigration…

Tables rondes spécifiques ou non, ateliers : le Contre-salon a été l’occasion de poser la question des politiques de la vieillesse, mais aussi et surtout celle de l’action politique des vieux, et des vieilles.

Le Contre-salon des vieilles et des vieux a été un moment exceptionnel. Exceptionnel par l’affluence, mais aussi par la qualité des discussions qui se sont tenues dans les ateliers. Comment, dès lors, transformer cette réussite en quelque chose de plus pérenne ?

Il y a une lourde gêne à parler aujourd’hui des difficultés des hôpitaux en France, de la crise des moyens ou du mal-être du personnel hospitalier, voire des temps d’attente qualifiés d’insupportables dans les services d’urgence. Car ces jours-ci, l’hôpital est tête en bas. À la mi-novembre, la moitié des 36 hôpitaux de Gaza…