vieux

Quand j’ai commencé à m’intéresser à la sexualité des vieilles et des vieux, je suis parti du constat de l’invisibilité des minorités LGBT dans le grand âge. Encore aujourd’hui, quand on demande s’il y a des homosexuels parmi les pensionnaires d’un Ehpad…

Plus de 50 personnes, rassemblées dans une salle de l’École des études sociales à Paris. À l’initiative de VIF, ce mercredi 7 décembre, nous avons débattu de la vieillesse indésirable, puis des droits des malades, vingt après la loi, dans le monde médicosocial.

Marie Geoffroy a une voix que l’on pourrait croire hésitante. Mais non, elle ne lâche rien, et elle suit son fil comme d’autres son cours. Marie Geoffroy est une militante depuis le début, en 2008, d’Old’Up, cette magnifique association qui se bat pour défendre l’autonomie des vieux.

Les vieux, les vieilles sont à part. Hier, on les disait parfois bruyants, indésirables, alcooliques, irrécupérables. Aujourd'hui, ils peuvent devenir fragiles, malades, endormis, absents jusqu'à en perdre la tête…

Quel bilan, quel avenir ? On en débat au Patronage laïque Jules Valles à Paris, ce 7 novembre à partir de 18h. Francis Carrier, un des quatre fondateurs du CNaV, regarde le chemin parcouru.

Juriste et sociologue, Pierre Lascoumes était chercheur et enseignant à l’Institut d’études politiques. Pour VIF, il écrit, invente, raconte des histoires autour de la vieillesse. Et des fragilités humaines.

Sobriété dans la prise en charge des vieux ? Évidemment que la question se pose. D’abord parce que dans tous les secteurs de la médecine, il y a une surabondance d’examens, avec trop de prescriptions de médicaments, trop de tout. Et depuis vingt ans, pour les vieux, aussi.

Geneviève Delaisi de Parseval, gynécologue mais aussi psychanalyste, a longtemps travaillé sur les nouvelles maternités. Aujourd’hui, ayant peut-être dépassé les 80 ans, elle change d’époque. Et manifestement, rien ne l’agace plus que ceux qui l’enferment dans les clichés de la vieillesse...

Sobriété ? Le mot est partout, comme un sésame pour s’inventer un avenir moins lourd. Il faut être sobre, mettre un pull-over à col roulé et prendre les transports en commun, alors, dit-on, tout redeviendra possible. Même le meilleur…

Juriste et sociologue, Pierre Lascoumes était chercheur et enseignant à l’Institut d’études politiques. Pour VIF, il écrit, invente, raconte des histoires autour de la vieillesse. Et des fragilités humaines.