inégaux

Donner la parole à... C’est le point de départ de l’aventure de VIF. Certes, mais après ? Comment le mettre en actions (ou en paroles) ? Comment recueillir la parole de ceux qui se taisent ? Comment entendre ceux qui ne croient plus en la vertu de l’échange ou de l’écoute ?

Sociologue, Emmanuel Beaubatie mène des recherches dans les champs du genre, de la sexualité et de la santé. Mais tous les chercheurs et chercheuses ont-ils la même légitimité à parler de certains sujets ?

Coprésidente de l’association Trans santé France qui a tenu son 1er congrès en septembre dernier à Lille, Béatrice Denaes s’exprime sur son parcours et sur la nécessité d’une information compréhensible par tous sur la transsexualité.

Longtemps militant à Aides, fondateur de GreyPride, aujourd’hui membre de VIF, Françis Carrier a toujours privilégié la parole des premiers intéressés. Dans le mouvement qui se développe autour des trans, Francis se montre réservé. Non pas pour le soutenir, mais pour en parler.

Le silicone liquide a longtemps été utilisé par injection pour modifier l’apparence corporelle avant d’être interdit en 1997 en France. L’attraction de ce produit a aussi été favorisée par son faible coût. Avec de graves atteintes physiques à la clé.

Coordinatrice de l’Observatoire et Défense des droits des usagers, Marie Gutowski revient sur les discriminations dont sont victimes les usagers de drogues dans le système de soins et la difficulté de les faire témoigner pour faire valoir leurs droits.

Le lien entre environnement et santé est au cœur des recherches de Laurence Huc, qui revient sur le cadre réglementaire, l’indépendance de la recherche, l’intérêt de la société civile et le besoin de valoriser la santé environnementale préventive.

26 juillet 2011, 16h30, bureau de Xavier Bertrand, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé, rue de Grenelle. Nous sommes cinq à avoir été conviés pour « réagir » au projet de loi « Transparence-Santé »…

Personne n’ignore les conséquences de la pénurie d’infirmières dans les hôpitaux. Aggravés par la pandémie et l’épuisement des équipes, les manques de soignants engendrent les fermetures de lits et les files d’attente...

Du dialogue et de la relation qui se nouent entre le demandeur et le médecin autour du délicat sujet d’une demande à mourir, lors des consultations d’euthanasie, autorisées depuis vingt ans en Belgique.