inégaux

Mathieu Gabard est auteur de CRA, 115 propos d’hommes séquestrés, un livre à part, unique, où il a recueilli la parole de personnes enfermées dans des Centres de rétention administrative (CRA), avant une éventuelle expulsion.

Chaque mois des cartes, des graphiques, des tableaux, tous inédits, résultats d’études nouvelles. De quoi nourrir nos réflexions en les appuyant sur des faits établis. Aujourd'hui, les déserts médicaux.

France Lert est une des figures les plus pertinentes, mais aussi les plus chaleureuses de la santé publique en France. Son parcours est impressionnant, varié, engagé, et voilà que lorsqu’elle se retourne pour regarder les avancées, elle se montre critique, « sûrement trop »

Mathieu Gabard est auteur de CRA, 115 propos d’hommes séquestrés, un livre à part, inouï, où il a recueilli la parole de personnes enfermées dans des Centres de rétention administrative (CRA), avant une éventuelle expulsion.

L’été 2022 ? Allons donc, il ne s’est rien passé. On annonçait l’effondrement de l’hôpital public, sous les coups conjoints du Covid et de la pénurie de personnel. Eh bien non. Il est là, toujours là…

Avec Thibault Izoret Masseron (TIM), journaliste de retour de Kharkiv en Ukraine, cet été. TIM est journaliste reporter indépendant. Il vient de passer plusieurs mois à Kharkiv, deuxième ville d’Ukraine.

Dès le mois d’avril 2020, sur le site Internet de la Maison de l’étudiant de l’université de Paris 8 Saint-Denis, dans l’onglet « Aide sociale ponctuelle », s’affiche un document de deux pages, avec un encadré...

Il est rare que l’on parle si tendrement, en temps de guerre. Sur la ligne de front entre la République populaire du Donetsk et l’Ukraine, deux habitants sont là, ils parlent. Ils sont restés dans leur village.

Les comptes-rendus que nous écoutons sont des notes prises par les « appelantes-volontaires » du département de Seine-Saint-Denis, chargées de lancer des appels téléphoniques vers les personnes âgées, les handicapés...

Les comptes rendus que nous écoutons sont des notes prises par les « appelantes-volontaires » du département de Seine-Saint-Denis, chargées de lancer des appels téléphoniques vers les personnes âgées, les handicapés et les personnes relevant des minima sociaux.