inégaux

Responsable du pôle Santé de Terra Nova, Mélanie Heard s’est penchée sur la réforme éventuelle des lois sur la fin de vie, et sur la Convention citoyenne. VIF a voulu discuter avec elle de cet exercice de démocratie et de débat.

C’est une passionnante enquête sur l’importance des sociétés de conseil dans la vie des hôpitaux qu’a publiée la revue Zadig dans son édition de décembre. Réalisée par Marc Payet, elle décortique comment ces sociétés se sont peu à peu glissées dans le monde de la santé.

Voilà un dialogue inédit, sincère, impressionnant de justesse. Nous sommes dans un petit bureau de l’hôpital Necker. Il y a le père, chirurgien hier. Il y a la fille, neuropédiatre....

Nous sommes derrière quelques guichets sociaux durant la pandémie, au mois d’août 2020. C’est la grande urgence sur la plateforme téléphonique du conseil départemental. « Dois-je remplir un formulaire ? », « Là, je fais quoi ? »…

Plus de 50 personnes, rassemblées dans une salle de l’École des études sociales à Paris. À l’initiative de VIF, ce mercredi 7 décembre, nous avons débattu de la vieillesse indésirable, puis des droits des malades, vingt après la loi, dans le monde médicosocial.

Le projet de loi Asile/Immigration propose de mettre en place un renforcement drastique de l’appareil législatif répressif pour limiter, empêcher, réprimer l’arrivée en France de personnes qui ont été contraintes de quitter leur pays pour des raisons…

Quand on évoque les droits des malades – et la loi du même nom, adoptée il y a vingt ans exactement –, on pense aussitôt hôpitaux. Et à juste titre. Mais les établissements hospitaliers ne sont pas les seuls concernés.

Cette jeune femme de 27 ans, que l’on voit devant sa tente assise sur un petit tabouret, corps droit en pleine nuit, a posté en 2010 un lourd dossier de 70 pages à Martin Hirsch, bref haut-commissaire aux Solidarités actives.

Comment faire état des failles qui font que chacun d’entre nous, à des degrés divers, peut souffrir dans sa tête ? Des fragilités ordinaires, avec lesquelles chacun se débrouille plus ou moins bien, dont nous voudrions parler ici pour essayer d’entendre ce marmonnement du monde…

« Décès de sa mère, compliqué pour elle, ne peut pas faire la cérémonie "normalement". »… « Personne décédée le 24 mai 2020 »… « Elle est malade et a de fortes pathologies. Beaucoup de ses proches sont décédés du Covid, elle vit dans l'angoisse. »…