Liberté, égalité, sobriété ? – V

Médicaments et sobriété : À la rencontre des inégalités (2e partie)

Usine chinoise de Novo Nordisk, fabricant de production médicaux contre le diabète
(Xinhua via AFP)

Peut-on définir la sobriété en matière de médicament ? Oui ! Par le simple bon sens (toujours préférable aux normes compliquées) : jamais de médicament quand cela n’est pas pleinement justifié, et ne surtout pas s’en priver dans le cas contraire. En dessous, c’est la pénurie, au dessus l’excès et, très au dessus, la gabegie. C’est cette dernière qui prévaut chez nous. Nos « autorités » sanitaires ne semblent pas le savoir, font comme si, ou s’en satisfont. Et que l’on ne vienne pas dire que, dans la plupart des cas, on ne sait pas définir la norme. Pour pratiquement toutes les situations, des recommandations indépendantes existent même si elles ont le défaut de déplaire à l’industrie pharmaceutique et sont de ce fait moins diffusées. De temps en temps, des données dérangeantes sur les excès français parviennent à sortir ; les arguments pour refermer le couvercle sont prêts : « La consommation par tête d’habitant est peut-être plus forte que chez nos voisins mais elle baisse chaque année. » Exact, mais comme elle baisse aussi chez « nos voisins » cela ne change rien au classement qui reste très au dessus de ce qu’il faudrait ; « pour de nombreux médicaments, la France se situe dans la moyenne européenne ». C’est vrai… si l’on puise dans les rares exemples pour lesquels c’est le cas, comme les antidépresseurs ou les antidiabétiques. Mieux vaut, en effet, ne pas montrer les chiffres pour les antibiotiques, les corticoïdes, les traitements hormonaux, les médicaments du sommeil et de l’anxiété, les antisécrétoires gastriques et beaucoup d’autres ; là, les utilisations sans justification peuvent dépasser 80% (progestatifs). Surtout, la question n’est pas de savoir combien se consomme, mais si ce qui est consommé l’est à bon escient. Là, le tableau est nettement moins reluisant. Pour les antidépresseurs, apparemment dans la norme, environ la moitié des consommations sont hors indication tandis qu’une proportion aussi grande de personnes souffrant d’un épisode dépressif caractérisé ne sont pas traitées comme il conviendrait. Un constat parfaitement connu, objet de plusieurs rapports et, surtout, lourd de conséquences sociales et économiques ; pourtant rien, mais vraiment rien, ne bouge. L’autre exemple (les antidiabétiques) est également intéressant : la France, certes dans la moyenne, n’en est pas moins le mauvais élève européen, les traitements de seconde intention, nettement plus chers et moins bien connus quant à leurs possibles effets indésirables, y étant massivement prescrits d’emblée.

 Corlos – Flickr. C.C.

Mais qui sont ces surconsommateurs ? Les données disponibles donnent deux indications :
En France, pratiquement tout le monde est (largement) au dessus de la norme dès lors que l’on prend comme références les recommandations officielles et le bon sens médical.
La surconsommation est d’autant plus marquée que l’on est VIF (vieux, inégal ou « fou »).
Pour l’âge, c’est exponentiel : 75 boîtes remboursées par an en moyenne pour les 60 ans et plus ; dix fois ce que consomme un jeune de moins de 20 ans. Pour les plus de 80 ans, cela double encore ; et il faut y ajouter ce qui n’est pas prescrit ou remboursé. Dix médicaments par jour, parfois plus, cela laisse rêveur. Vieillir est certes une course d’obstacles mais à ce niveau, cela sent la médicalisation de la vieillesse. Les somnifères par exemple, souvent prescrits pour des troubles du sommeil qui n’en sont pas. Juste le fait que l’on dort moins et de manière fragmentée quand on avance en âge. Faut-il risquer une chute grave (plus 20 000 fractures par an attribuables à ces médicaments chez les plus de 80 ans) ou des troubles de la conscience pour une manifestation physiologique ? Personne, de plus, ne saurait prédire les interactions, probablement nombreuses, qu’induisent ces cocktails souvent mal maitrisés ni leurs conséquences sur des organismes fragilisés.

Si les plus pauvres, coupés des systèmes de soin, consomment peu ou pas, les ordonnances sont en moyenne plus lourdes dans la France défavorisée. Le niveau de consommation de médicaments, comme les psychotropes, est un bon marqueur des inégalités et fournit, en creux, une cartographie assez précise de la qualité de vie en France. Cette surmédicalisation relative des défavorisés a certainement beaucoup de causes ; à commencer par la plus grande fréquence des pathologies liées à de moins bonnes conditions de vie et de travail. En revanche, pour les médicaments de la prévention, c’est l’inverse. Les classes aisées, globalement en meilleure santé, se surveillent et s’entretiennent. Cela aboutit parfois à des aberrations de santé publique comme celle de la vaccination contre le papilloma virus, jugé responsable de cancers du col de l’utérus. Ce vaccin, nettement trop cher, a surtout été administré aux jeunes filles des classes aisées, celles qui sont et seront régulièrement suivies au plan gynécologique et qui sont, de ce fait, les moins à risque.
Mais qui se soucie de tels détails ?


Bernard Bégaud

À lire aussi dans ce dossier :

I – À votre santé !

II – « La sobriété en santé mentale ? De l’indécence. »

III – Médicaments : les riches et les pauvres (1ère partie)

IV – Vieux : Sobriété ou pertinence ?

VI – Sobriété en santé, ultime diversion ?