La carte du Vigneron

Chaque mois des cartes, des graphiques, des tableaux, tous inédits, résultats d’études nouvelles. De quoi nourrir nos réflexions en les appuyant sur des faits établis.

L’épidémie de Covid-19 en regard des circuits de mondialisation

Cette belle et riche carte de la mondialisation est due au géographe Jean-Benoît Bouron, contributeur assidu du site Geotheque.org et animateur de la revue en ligne Géoconfluences de l’ENS de Lyon. Comment, en la lisant, ne pas penser aux similitudes qu’elle offre avec la marche du Covid-19, telle que nous l’avons vécue, avec ses circuits et ses marges ?

Revenons aux cartes que nous dressions dans les cinq premiers mois de l’épidémie à partir de février 2020, quand les premiers morts furent déclarés.

13 Janvier 2020 – Premier décès officiel en Chine. Ailleurs dans le monde, l’opinion ne s’en émeut guère… C’est loin, la Chine, et tout le monde ne mange pas du pangolin comme, c’est bien connu, les peuplades de l’Orient. Bien rares sont ceux qui sauraient placer Wuhan sur une carte. D’autres, instruits par un passé proche, évoquent quand même de nombreux précédents historiques d’épidémies à l’origine asiatique, qui ont ravagé l’Europe.

13 février 2020 – L’épidémie se répand en Extrême-Orient. Vue de l’Occident, elle semble s’y limiter et, en tout cas, n’émeut guère.

13 mars 2020 – En Orient, et tout particulièrement en Chine où la situation s’aggrave, l ‘épidémie se répand. L’Iran est attaqué massivement et en Europe, l’Italie inquiète. La Chine, l’Iran, l’Italie, déjà on pense aux vieux chemins des caravanes qui répandaient les pestes. Mais en France, on est à l’abri… Même si les gens ne savent pas mettre les masques, comme le déclare le gouvernement.

13 avril 2020 – L’épidémie chinoise est officiellement devenue pandémie mondiale. En fait, elle ne concerne guère que le Nord. L’épidémie suit les routes du commerce mondial et de la mondialisation, qui unissent la Chine, l’Europe de l’Ouest, et l’Amérique du Nord. En Europe de l’Est, au Proche-Orient, en Afrique du Nord, elle s’installe dans ces territoires qui sont les mieux reliés à l’économie mondialisée du Nord… C’est aussi le cas en Amérique du Sud, traversée de flux commerciaux en direction ou en provenance des États-Unis et du Canada. L’Afrique subsaharienne et l’Asie du Sud-Est demeurent en marge. On prétend qu’elles seraient épargnées.

13 mai 2020 – L’Europe est submergée par l’épidémie. Elle fait rage aux États-Unis, au Brésil. Curieusement, elle semble épargner d’autres grands foyers de la population mondiale : Golfe de Guinée, Afrique des Grands Lacs, Afrique méridionale, Asie du Sud-Est. Le lien entre intégration à la mondialisation et développement de l’épidémie apparaît plus fort encore que le lien entre épidémie et espaces densément peuplés.  L’Afrique notamment reste en marge. Comme souvent. Dans les esprits, comme dans les faits. Malgré les déclarations, l’Europe et les États-Unis sont tout occupés d’eux-mêmes.

Une image de l’état de la mondialisation

Juin 2021 – La situation en Afrique demeure mal connue, l’épidémie de Covid-19 s’y ajoute à d’autres plus ou moins silencieuses. Pour l’heure, les vaccins produits au Nord ne profitent pas beaucoup aux Africains. Il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un marché, au surplus lucratif. Si le jeu géopolitique permet quelques distributions, elles sont bien insuffisantes. Il ne faut pas oublier qu’au Nord, on est encore loin de l’immunité collective acquise par la vaccination. En France, douze millions de personnes sont aujourd’hui vaccinées. Si on y ajoute le million de personnes peut-être immunisées pour avoir contracté la maladie, cela fait 13/68 millions d’habitants ou encore moins de 20% de la population… Sans doute l’Afrique devra-t-elle encore attendre. En tous les cas, l’épidémie de Covid-19 accuse les inégalités, marginalise le Sud et accroît la suprématie du Nord.

Les relations entre pays guident les routes de l’épidémie. À chaque épisode, les épidémies donnent une image de l’état de la mondialisation et de l’intégration des pays. On comparera sans peine les cartes de l’épidémie de Covid-19 aux cartes plus anciennes que l’on a pu retracer de la peste de Justinien entre 541 et 767, de celle de 1348 et de ses soubresauts dans les siècles suivants, de la grippe « espagnole » de 1918, de celles de 2002 et de 2012 impliquant déjà des coronavirus. Lire Jean-Noël Biraben, Mirko Grmek, Jacques Ruffié et Jean-Charles Sournia et, plus proche de nous, Michel Signoli, ce n’est pas seulement s’intéresser à l’histoire, c’est aussi éclairer notre compréhension du présent, y compris en cherchant à comprendre les causes des sépultures collectives, grottes et dolmens du néolithique et de l’Âge du cuivre. À ces débuts des échanges longue distance correspondent des mobiliers funéraires venus parfois de très loin, et l’accumulation de corps emmêlés en connexion anatomique en l’absence de lésions d’armes tranchantes suggère assez bien des morts épidémiques.